Grâce à la fédération nationale des CAUE, le CAUE d’Alsace bénéficie de l’expérience d’autres pratiques comme celle des Cours Oasis initiées par la Ville de Paris dans le cadre du Paris Résilient accompagnée par le CAUE de Paris.

Dénommées Cours Végétalisées, Cours Débitûmées, Cours Oasis, École Dehors (Ariena) ou Cours Résilientes, le CAUE d’Alsace travaille sur les Cours Vivantes (#coursvivantes).

Chaque cour est différente, chaque agenda est différent, chaque équipe pédagogique et chaque village est différent. Il n’y a pas de petit projet. Le CAUE d’Alsace est prêt à accompagner :

  • Des enseignants dans un projet concerté et une réflexion avec les élèves
  • Des communes dans une démarche globale, une mise en forme et une application
  • Des équipes pédagogiques dans l’appropriation et la vie de ces lieux.

Chaque cour est différente, chaque agenda est différent, chaque équipe pédagogique et chaque village est différent. Il n’y a pas de petit projet.

Le CAUE d’Alsace est prêt à accompagner :

  • Des enseignants dans un projet concerté et une réflexion avec les élèves
  • Des communes dans une démarche globale, une mise en forme et une application
  • Des équipes pédagogiques dans l’appropriation et la vie de ces lieux.

Autour et dans les cours d’écoles aujourd’hui, les constats sont souvent les mêmes :

  • Les cours sont désertées aux moments des pics de chaleurs, parfois dès le mois de mai ;
  • Les cours recouvertes de revêtements réfléchissants et sombres (béton, bitumes, etc.) favorisent largement
  • L’augmentation de la chaleur dans les salles de classe
  • Il n’y a plus de vie dans les cours, elles sont aseptisées, vidées de végétaux et d’insecte ;
  • Les enfants sont nettement moins en contact avec la nature que la génération de leurs parents.

Il est indispensable, pour que le « projet vive et perdure dans le temps », qu’une sensibilisation des enseignants, des familles et des enfants soit faite. Une concertation avec la municipalité et les décideurs doit également être mise en place.

Le CAUE d’Alsace propose des interventions dans les classes afin de sensibiliser les élèves et les impliquer dans le processus de projet.

Pour toutes questions ou une présentation en Conseil municipal ou avec des enseignants, n’hésitez pas à nous contacter.


Conférences Cours Oasis 2018

Nous vous proposons ici quelques interventions d’enseignants, de chercheurs et de journalistes, sur la question de l’importance de la nature dans la pédagogie :

Comment et pourquoi faire classe dehors, dans la nature ?

 

Moïna FAUCHIER-DELAVIGNE, Journaliste pour Le Monde, auteur de « L’enfant dans la nature – Pour une révolution verte de l’éducation »

Alexandre Ribeaud, Enseignant à l’école polyvalente Émile Bollaert – Paris 19e. Blog « Ma classe dehors »

 

Hildegard HEINZLE, Directrice de l’école maternelle Lamartine à Dijon

Martin Hendel Enseignant-chercheur de l’Ecole d’Ingénieur ESIEE Paris 7, intervention sur le rôle des matériaux urbains dans le rafraichissement nos villes et de nos bâtiments eux-mêmes.

Vidéo sur l’intérêt des Cours Oasis face aux enjeux climatiques ici.


FAQ / Les questions récurrentes

  • Pourquoi débuter par la sensibilisation des élèves sous forme d’ateliers ?

    Ce n’est pas tant la sensibilisation des enfants, que la concertation avec les élèves qui prime. Il est indispensable que chacun trouve son propre intérêt dans ces projets. Des diagnostics d’ensoleillement, de gestion de l’eau, de la biodiversité préexistante et d’usages préalables doivent être faits afin de tenir compte des existants.

  • Comment gérer les éventuels problèmes de sécurité ?

    Le constat a été fait que les « accidents » sont moins nombreux et quoi qu’il en soit, moins graves sur un sol mou que sur un sol béton. Mais chaque cour étant un projet différent, le but n’est pas de faire appel à un catalogue. Il faut co-construire le projet.

    Le CAUE de Paris a produit un document sur « le risque dans la cours de récréation » qui incite à « analyser le risque au profit de la valeur ludique : de la cour aussi sûre que possible à la cour aussi sûre que nécessaire ».

    Télécharger le document

  • Comment continuer à faire du sport, de l’EPS dehors et notamment des sports collectifs de ballon ?

    Comme nous le répétons, chaque cour est différente. Suite au diagnostic, on aura la liste les activités pratiquées régulièrement en extérieur et dans la cour et a fortiori le type de jeux. Cela fera partie du cahier des charge.

  • Sur quel temps s’inscrit un tel projet ?

    A titre d’exemple, le plus souvent, il se passe sur une année scolaire pour un projet de cour vivante. Ceci entre le premier contact avec les classes pour les ateliers de sensibilisation et les dernières mains à la pâte des enfants dans les plantations éventuelles. On peut ainsi réaliser les gros travaux en été, laisser les élèves et les enfants prendre possession du lieu en septembre en finalisant des petites choses. Ces délais permettent des interventions en classe et des diagnostics en début d’année scolaires précédentes (automne ou hiver) et des études et des lancements des commandes publics au printemps avec les mairies par exemples. Mais les petits projets peuvent aller bien plus vite.

    Nous vous invitons à regarder les livrets de restitution de projets de cours Oasis sur le site du CAUE de Paris.